AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Let's get out of here - David

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
MEMBRE DES 100Co-leader des délinquants
MEMBRE DES 100
Co-leader des délinquants

INFORMATIONS
Age : 53 Féminin Nb de Messages : 2545
En savoir +

MessageSujet: Let's get out of here - David   Mer 8 Fév - 20:20





We Want War by These New Puritans on Grooveshark

Let's get out of hereMaybe someday people will stop being so stupid.



Clarke était agacée. Cela lui arrivait souvent ces derniers temps. Elle était passée d'un séjour en cellule où elle pouvait aisément compter les secondes à un merveilleux séjour ici-bas en compagnie d'un bon nombre d'abrutis qui faisaient tout pour se mettre en péril. Et elle était censée les sauver ? Quand un délinquant se faisait piquer par on-ne-sait-quoi après être allé se promener librement dans la forêt, ou qu'un autre avalait tout ce qui avait l'air comestible, on appelait Clarke au secours. Elle avait déjà précisé qu'elle n'était pas médecin et que, par conséquent, elle ne pouvait les sauver de tout, mais au lieu de se montrer plus prudents, ils retournaient s'amuser inconsciemment.

Dans ces moments-là, Clarke se mettait à penser que la menace Grounder n'était pas si mal, en fin de compte. Elle tenait les gens un peu plus en place, les forçait à rester sur leur garde, les empêchait d'aller trop loin du camp lorsqu'ils souhaitaient en sortir. Le seul point négatif peut-être était le risque d'éradication totale de leur groupe, mais à part ça, tout allait bien, non ?
Clarke soupira. Elle aimerait pouvoir se faire oublier. Depuis qu'elle avait pris une première décision pour la collectivité, beaucoup se reposaient sur elle. Heureusement, il y avait aussi Bellamy pour mener le camp – ce que Clarke n'était pas prête d'admettre – mais toutes les petites blessures ramenaient les gens à elle. Si elle ne voulait pas autant sauver les siens, avec l'espoir qu'un jour l'Arche les rejoigne sur Terre, elle laisserait tout tomber et s'exilerait dans la forêt. Au risque de mourir, certes, mais au moins on ne lui demanderait plus rien. Oui, Clarke avait un sale caractère, mais il fallait dire qu'on lui donnait une bonne raison de se plaindre. Ces derniers jours, elle n'avait pas dormi plus de quinze heures, car il fallait toujours quelqu'un pour venir la réveiller. Monsieur vomit, Madame s'est tordu le poignet en trébuchant, Je crois que mon pote est mort – dit l'ivrogne, Clarke n'en pouvait plus.

Elle avala d'une traite le verre de jus qu'elle tenait en main. Monty savait y faire, il était bien fort. Clarke laissa le verre traîner là et, en se retournant nonchalamment, bouscula quelqu'un.
- Oh, tu vas pas me dire que je t'ai cassé quelque chose en te poussant parce que je te jure que tu finiras bien avec quelque chose de cassé !
Elle s'était emportée et ne parvenait pas à le regretter. Le jeune homme en face d'elle ne lui avait rien fait, mais par manque de sommeil et mauvaise expérience, Clarke se dit qu'il trouverait bien quelque chose. Au fond, peut-être avait-elle vraiment besoin de quitter ce maudit camp un moment avant de réellement blesser quelqu'un.

© Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-100-new-earth.forumactif.org/t188-rapport-de-missions

Invité
avatar
Invité
INFORMATIONS
En savoir +

MessageSujet: Re: Let's get out of here - David   Ven 10 Fév - 11:51

La fatigue se faisait ressentir, depuis l’atterrissage quelque peu mouvementé de la navette. Enfin elle n'avait plus que le nom de navette, car c'était devenu une maison, une dernière ligne de défense voilà sa seule utilité dès à présent. Il fallait dès lors qu'il montre son utilité, mais malheureusement pour lui d'autres membres du groupe des jeunes faisaient ça mille fois mieux que sa personne. Par exemple le petit Monty ami d'enfance de Stilinski, lui il savait reconnaître les bonnes et les mauvaises plantes. Bien que son savoir était loin de celui des natifs ou grounders comme on pouvait aussi bien les nommer.


Il y en avait d'autres de grandes figures, mais les plus importantes étant Bellamy et Clarke. L'un étant le plus vieux du groupe et dira-t-on entre guillemet le chef des adolescents. Et l'autre, Clarke étant la médecin en chef bien qu'elle n'avait juste que des connaissances grâce à sa mère et non à une formation particulière, c'était cependant suffisant ou du moins pour le moment. Comment David se démarquait, il n'y arrivé tout simplement pas. Son seul rôle étant de se promener dans la forêt et de chercher de quoi, alimenter le mur encerclant la navette ou alors du matos qui faciliterait la vie aux jeunes.


En ce jour il se promenait, autour de la barricade et rien d'inhabituel ne semblait avoir lieu. A cet instant, il savait que la nuit ne saurait attendre plus longtemps avant de montrer le bout de son nez. Il faisait donc au plus vite afin de s'éloigner rapidement du campement, à quelques centaines de mètres. On pouvait toujours entendre les jeunes, ce qui était problématique. Comment rater les jeunes alors que ceux-ci semblent plus enclin à fêter leur arrivée sur Terre plutôt que de survivre dans un milieu hostile. Sans aucun doute, que même les bêtes viendraient saluer un ou deux jeunes en l'emmenant dans l'obscurité afin de la dévorer avec grand appétit.


David savait pertinemment qu'il devait agir auprès de Bellamy pour lui demander qu'il fasse cesser cela. Le problème étant que Stilinski fut l'un des premiers à refuser son autorité souveraine sans la concertation de l'ensemble. A ses yeux il fallait un vote, une élection plus précisément qui permettrait de choisir le leadeur. Ou alors même reprendre le système présent sur l'Arche même si ce ne serait que temporaire afin d'établir l'ordre et la stabilité dans l'ensemble et pour qu'il n'y ait aucune dissidence. Mais il avait encore des idées bien folles, car aucun pas même ceux refusant de reconnaître Bellamy ne voudraient aller jusqu'à cette idéologie.


Afin de convaincre le jeune homme, il s'en allait en direction de la tente de Clarke. On pourrait dire qu'elle est la deuxième personne la plus imminente au sein de ses murs. Mais ce n'était pas pour ça qu'il venait la voir mais juste qu'elle utilise ses talents persuasifs afin de convaincre Bellamy de s'en aller parler aux audibles jeunes simplets. En approchant de la tente il remarquait de la lumière à l’intérieur, il pouvait donc aisément dire qu'elle s'y trouvait. Il demandait à entrer aucune réponse, il n'y avait aucun bruit. Curieux de la chose il ne comptait pas repasser plus tard, bien comptait bien y pénétrer immédiatement afin d'en apprendre plus sur la situation de la jeune femme. En entrant, il pouvait voir Clarke de dos. Elle se retournait vers lui pour finalement lui adresser la parole de manière assez agressive.

Visiblement la princesse avait eu une mauvaise journée comme dirait un certain jeune homme. Il restait donc de marbre face à elle, en attendant la suite des événements. Il ne révélait même pas le motif de sa venue, car pourquoi en parler si elle n'allait pas l'écouter dans l'immédiat. Il n'affichait aucune émotion.
Clarke Griffin & David Stilinski
Revenir en haut Aller en bas

avatar
MEMBRE DES 100Co-leader des délinquants
MEMBRE DES 100
Co-leader des délinquants

INFORMATIONS
Age : 53 Féminin Nb de Messages : 2545
En savoir +

MessageSujet: Re: Let's get out of here - David   Lun 13 Fév - 17:39





We Want War by These New Puritans on Grooveshark

Let's get out of hereMaybe someday people will stop being so stupid.



Ce garçon, Clarke ne le connaissait que de vue. Elle n'avait jamais cherché à le connaître, ni même à entendre son nom, puisqu'elle avait toujours été occupée à courir ici et là pour aider ce maudit camp à tenir debout. C'est dans ces moments-là qu'elle regrettait son investissement dans la vie politique du groupe. C'est vrai, au début, elle avait pris la survie des Cent en charge. Mais maintenant qu'ils étaient installés, ne pouvaient-ils pas s'occuper un peu d'eux-mêmes ? Clarke n'était pas une babysitter, s'ils avaient besoin de quelque chose ou s'ils ressentaient le besoin de se plaindre, ils n'avaient qu'à aller voir Bellamy. Ce dernier adorait son rôle de chef, mais Clarke jugeait qu'il ne le portait pas assez. Il prenait des décisions, mais comptait sur ses sbires pour se salir les mains à sa place. Il incitait les autres à le suivre aveuglément, ce qui évidemment déplaisait fortement à Clarke. Certes, il avait certainement un bon côté, et dans ce cas-là Clarke demandait bien à le voir.

D'ailleurs, le nouveau venu était-il un des compagnons de joie de Bellamy ? Ne manquerait plus que celui-ci envoie des gens pour transmettre des messages à Clarke au lieu de venir lui parler directement. Elle soupira. Il ne réagissait même pas. Pas de salutation, pas de geste, rien. Il se tenait là, attendant qu'elle entame une conversation, ce qu'elle n'avait clairement pas envie de faire. On comptait donc sur elle pour tout ?
- Qu'est-ce que tu veux ? finit-elle par demander, déjà lassée. Je m'apprêtai à sortir, alors dépêches-toi veux-tu.
A un autre moment, un autre jour peut-être, elle n'aurait pas eu ce ton amer désagréable. Mais il apparaissait clairement que ce n'était pas le bon moment pour la déranger. N'avait-elle pas aussi le droit de laisser ses nerfs la contrôler un instant ? Si tout le monde faisait ce qu'il souhaitait, rien ne l'empêchait d'aller gambader dans la forêt comme bon lui semblait jusqu'à se perdre ou se casser quelque chose en trébuchant contre une pierre ! Alors on lui reprocherait de se montrer insouciante, de ne pas suivre les règles, de ne pas montrer le bon exemple... tout ce qu'on ne reprochait pas assez aux autres.
Clarke Griffin avait l'impression de porter le monde sur ses épaules, et ce monde commençait à l'écraser.

© Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-100-new-earth.forumactif.org/t188-rapport-de-missions

Invité
avatar
Invité
INFORMATIONS
En savoir +

MessageSujet: Re: Let's get out of here - David   Mer 15 Fév - 5:56

Le jeune David dans la tente ne savait comme réagir face à cette situation. Elle n'avait aucunement l'intention de dialoguer, enfin c'était ce qu'il ressentait en voyant la curieuse énergie négative qu'elle dégageait. Stilinski n'était pas une de ces personnes disant qu'elles voyaient l'énergie ou autre, il n'y avait que son instinct qui l'aidait à définir cela. Mais même sans instinct il était aisé de dire ou même de deviner avec ses propos qu'elle en avait marre, marre de ce foutoir. Il fallait la comprendre, car être la sous-chef des cent voulait dire défaire les actions d'un certains Bellamy. Bien que dans sa globalité il aimait dire ou faire croire que c'était pour le groupe, il ne le faisait en réalité que par égoïsme.


Même si on fond de lui il devait y avoir du bon, sans quoi même pas il ne soucierait pas de sa sœur assez turbulente. Oui, la famille Blake était une chose rare. Ils étaient capable de créer l'harmonie comme la confusion en un revers de la main. Mais ce que voulait aujourd'hui David était l'ordre de crainte que les grounders ne viennent s'en prendre aux jeunes. Très peu des jeunes étaient en train de regarder vers l’extérieur afin d'observer d'éventuels mouvements hostiles. Sur ceux qui étaient encore en vie, il fallait qu'un maximum reste en vie en attendant ceux de l'arche. D'ailleurs une fois que ceux-ci seraient là, il en profiterait pour s'en aller loin de ceux qui ont voulus le sacrifier sur l'idée d'une simple hypothèse.


Il comptait donc tout de même dire ce pourquoi il était venu, sans quoi à bon venir si ce n'était que pour apparaître et disparaître à nouveau. Il fallait juste trouver les bons, pour titiller sa curiosité sans trop lui donner de faux espoirs. Le problème qui se présentait dès lors, étant que David n'avait aucun don pour le dialogue. Ce n'est pas pour rien si jusqu'à présent ces seuls amis étaient Monty et Jasper. Il ouvrait la bouche en essayant de parler clairement et sans détour :

« Et bien comment dire que je suis ici, pour te voir afin de régler un problème. Mais si tu n'as pas le temps ça peut attendre. Sur ce point je vais te laisser, mais une fois à l'extérieur de ta tente tu verras immédiatement le problème. Salut ! »
Clarke Griffin & David Stilinski


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
MEMBRE DES 100Co-leader des délinquants
MEMBRE DES 100
Co-leader des délinquants

INFORMATIONS
Age : 53 Féminin Nb de Messages : 2545
En savoir +

MessageSujet: Re: Let's get out of here - David   Mar 21 Fév - 23:03





We Want War by These New Puritans on Grooveshark

Let's get out of hereMaybe someday people will stop being so stupid.



Des problèmes, Clarke en avait bien assez. D'ailleurs, en quoi ce fameux problème dont parlait le nouveau venu pouvait la concerner ? Ils étaient cent, non ? Moins les morts. Peu importait, ils étaient bien assez nombreux pour trouver des solutions à leurs problèmes tous seuls. Clarke était encore moins l'autorité qu'elle était médecin, et ce rôle commençait fortement à lui taper sur les nerfs. Qu'ils périssent tous puisque personne n'était foutu de se tenir !
Elle en aurait ri, si elle n'était pas aussi agacée, de la façon dont le jeune homme essaya de l'attirer dehors. Comme si cela allait fonctionner ! Ce comportement, Clarke n'était pas en position de le tolérer. Si habituellement elle aurait simplement roulé des yeux et suivi son interlocuteur, aujourd'hui n'était pas la journée de ces bonnes vieilles habitudes. La simple idée de se retrouver dehors avec tous les autres délinquants l'énervait et elle avait peur de ne pouvoir cacher cet agacement croissant si elle posait un pied hors de sa tente.
C'est dans ces moments-là que sa cellule d'isolement lui manquait. Là-haut, enfermée seule dans une pièce à gribouiller et dormir, personne ne lui demandait quoi que ce soit. C'était un endroit calme, une chose que Clarke appréciait particulièrement. Le calme, ce qu'elle était très loin d'avoir ici. Le camp était encore anarchique et elle ne pouvait mettre de l'ordre avec Bellamy dans ses pattes. Clarke se demanda si c'était ce dernier qui la dégoûtait autant de ce nouveau rôle de meneuse. Il faisait évidemment partie de ceux qui lui tiraient sur les nerfs, mais il ne représentait pas la seule raison. Il lui en fallait plus pour en venir à un tel état d'agacement, au bord de l'énervement et de cette crise de nerfs qui finirait par arriver tôt ou tard.

Elle n'avait pas besoin de prendre de décision. C'était déjà clair dans son esprit. Elle ne sortirait pas. Le camp pourrait brûler qu'elle s'en ficherait totalement. N'avait-elle pas le droit à un moment de répit elle aussi ? Les autres s'amusaient pendant qu'elle réparait leurs erreurs. Qu'ils aillent se faire voir. s'entendit-elle maugréer dans ses pensées.
Cela la conduit à penser à sa mère qui elle-même l'amena à retrouver sa culpabilité au sujet de Wells. Abigail Griffin avait menti. Une personne si proche de Clarke, si importante aux yeux de la jeune femme qui avait déjà beaucoup trop perdu pour quelqu'un de son âge, lui avait menti. Et non seulement le mensonge avait tenu une année entière – tandis qu'elle ressassait les dernières images douloureuses de sa liberté – mais en plus Clarke avait appris que sa mère avait trahi son père, chose qu'elle ne lui pardonnera jamais vraiment. Comment le pouvait-elle ? Son père avait été éjecté pour une raison injuste, elle lâchement enfermée pour contenir un secret qui – elle en était certaine – aurait fait moins de mal que le mensonge de sa mère.

C'était sûrement la solitude dont elle avait besoin maintenant. Après tout, celle-ci l'avait consolée pendant un an, elle serait probablement la plus apte à lui remonter le moral en ces jours éprouvants. Car, si elle devait douter d'un fait, ce serait celui de pouvoir passer cinq minutes avec une seule personne sans devenir totalement hystérique. Mais Clarke Griffin était sérieuse et efficace, son pragmatisme ne pouvait être remis en cause par une petite fatigue morale. Ou alors, cela restait à prouver.

©️ Jawilsia sur Never Utopia



Spoiler:
 

_________________


There's always a way out.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-100-new-earth.forumactif.org/t188-rapport-de-missions

Invité
avatar
Invité
INFORMATIONS
En savoir +

MessageSujet: Re: Let's get out of here - David   Sam 25 Fév - 12:36

Face à une crise de la sorte il ne savait pas comment réagir. Elle n'était ps proche de devenir folle, mais simplement de perdre la foi. La survie de ce groupe était une chose qui avait aussi bien besoin de Bellamy que de Clarke sans compter Raven ou Monty et la liste s'allonge pour finalement inclure l'ensemble de la communauté. Il ne savait pas s'il devait partir ou bien Aux yeux du jeune délinquant il était évidement qu'il ne fallait pas la déranger aujourd'hui. Mais au point de laisser les jeunes faire autant de bruit ? Personne n'entendrait même une armée arriver, entre certains qui s’engueulaient et d'autres qui roucoulaient.


Si David ne se fichait pas entièrement des jeunes, il n'y avait en réalité que quelques personnes qui l’intéressaient. Jasper et Monty étaient ses amis d'enfance, le reste et bien il ne connaissait personne. Et s'il le choix devait se faire sentir entre un Bellamy et Jasper le choix était vite fait. Mais c'était certainement pour ça que personne ne lui faisait confiance. Pourquoi devenir ami avec une personne plus pragmatique encore le « médecin » du camp. A cet instant précis il comprit que jamais même avec des efforts il n'aurait sa place au sein du groupe. Il devait donc chercher son chemin, parmi tous les choix qu'il pouvait y avoir.


S'il choisissait d'insister auprès de Clarke cela finirait mal ou bien ça il ne le sait pas. Cependant concernant les choix et leurs conséquences David avait pu lire un vieux livre la-dessus. Le livre parlait de l'effet papillon. Il impliquait d'entrevoir les différents avenir possible en fonction d'un choix précis. Pour finir en résulter que les choix étaient infinis. En pensant à cela David ne savait pas quoi faire, mais à ses yeux il y avait donc deux chemins parler encore à Clarke ou s'en aller pour ne pas la contrarier. Puis il avisait et choisi de s'en aller sans faire gaffe aux gens en faisant comme Clarke. Les laisser à leur destins.


Il sortait donc de la tente en balançant une petite phrase : « Et bien soit que cela reste ainsi, moi j'irai à l'objectif premier. »


Puis il allait vite à ses affaires sans pour autant courir, il remplissait un sac de diverses choses. Il y avait une gourde, un peu de provisions et un couteau. Rien de bien affolant, quant à sa disparition dans l'inventaire. Puis il s'en allait rejoindre un endroit que tout le monde connaissait, mais où il n'y allait pas. Le Mount Weather, montagne jusqu'à présent inaccessible pour les jeunes. En premier lieu à cause des natifs mais aussi du brouillard. On y repensant il choisi de prendre avec une couverture insolente au cas où il y aurait ce fameux nuage. Tout semblait fin prêt au départ, il ne restait plus qu'à mettre un pied devant l'autre.


En sortant de sa tente il n'y avait rien pour le gêner, puis il avançait vers le portail fait de débris et de branchages. Il y avait les hommes de Bellamy mais aujourd'hui étrangement il laissait les gens se promener autour du camp. Certainement pour laisser les travailleurs récupérer un maximum de débris et de branches afin de consolider le mur. David passait donc les portes sans encombre et commençait sa route en direction du Mont Weather.
Clarke Griffin & David Stilinski
Revenir en haut Aller en bas

avatar
MEMBRE DES 100Co-leader des délinquants
MEMBRE DES 100
Co-leader des délinquants

INFORMATIONS
Age : 53 Féminin Nb de Messages : 2545
En savoir +

MessageSujet: Re: Let's get out of here - David   Lun 13 Mar - 14:58





We Want War by These New Puritans on Grooveshark

Let's get out of hereMaybe someday people will stop being so stupid.



Il lui avait fallu deux heures pour se calmer les nerfs et se dire que, peut-être, le camp s'était effondré entre temps. Avec Bellamy dans les parages, il était difficile de ne pas en douter. Sortie de la tente, elle observa les délinquants fourmiller sans but apparent. Chacun vaquait à son occupation, désordonnant par la même occasion le camp tout entier. Celui-ci ne tena it clairement pas debout. Il suffisait d'un seul désaccord entre les deux leaders présumés et l'organisation basculait. Alors, avec une multitude de différends entre Clarke et Bellamy, ils n'allaient pas s'en sortir. Ne pouvaient-ils pas s'entendre simplement ? Il fallait dire qu'ils n'avaient pas les mêmes objectifs. Bellamy pensait pouvoir s'en sortir sans l'aide de l'Arche, ce qui juste ici s'était avéré complètement faux. Pour preuve, Finn serait mort si Raven n'était pas parvenue à réparer la radio que Bellamy avait jeté à l'eau. Ce dernier n'en faisait qu'à sa tête, n'hésitant pas à mettre en péril le groupe. Alors Clarke avait bien le droit d'être en colère, non ?
Certes, elle l'admettait, son comportement à l'égard du garçon qui était venu réclamer son aide avait été assez injuste. Il avait évoqué un problème, prouvant ainsi qu'il n'était définitivement pas du côté de Bellamy. Sinon, il trouverait normale cette anarchie. Clarke retint un soupir frustré. Elle aurait au moins pu écouter ce nouveau venu dont elle ne connaissait même pas le nom. C'était bon signe, cela dit, cela signifiait qu'elle n'avait jamais eu à s'occuper de lui et qu'il pouvait prendre soin de sa propre personne. Il n'était pas de ceux qui allaient volontairement se jeter dans les orties pour aller se plaindre ensuite que leur peau écorchée les démangeait.

Elle ne le voyait pas dans les parages. Deux heures. Il avait trouvé quelque chose de mieux à faire pendant ce long laps de temps. Elle gambada ici et là, abandonnant l'idée de se faire discrète. On la voyait toujours. Sans être paranoïaque, Clarke Griffin finissait toujours par être retrouvée. Ses cheveux phosphorescents la trahissaient peut-être ?
Nul part. Il était introuvable. Elle ne pouvait même pas demander où il était car elle ne connaissait pas son identité. D'ailleurs, c'était à se demander si quelqu'un le connaissait ici. Personne d'autre ne semblait le chercher. De ce que Clarke voyait, le camp se fichait éperdument de lui. Clarke retourna à la tente qu'elle avait abandonnée un peu plus tôt. S'il était préférable que les autres l'écoutent, elle devrait déjà commencer par écouter les autres. Elle s'arrêta à l'entrée de la tente, remarquant quelque chose qui s'avérerait peut-être à son avantage. La même personne, là, à quelques mètres devant la tente, campait. Assis sur un rondin de bois, elle taillait une branche, l'air apaisé par cette activité. Clarke tenta le tout pour le tout et alla se renseigner auprès d'elle. Le garçon qui était entré dans la tente quelques heures auparavant ? Ouais, ouais, je l'ai vu repartir. Il va souvent chercher du bois, il est p't'être reparti en forêt.
Finalement, ce n'était pas si mal d'avoir des gens dispersés partout. Au moins, cela faisait des yeux et des oreilles. Elle réfléchit un moment. Elle n'avait pas besoin d'aller le chercher, il pouvait rentrer tout seul. Quoi que, la réserve de bois près du feu de camp indiquait qu'il n'y en avait pas plus besoin pour le moment. Il n'était pas parti chercher du bois. Ou n'avait-il que ça à faire ? D'un autre côté, à part se promener aux alentours, il n'y avait pas de grande mission à accomplir. Sauf une, mais il faudrait être suicidaire pour tenter de l'effectuer seul. Ne me dis pas... Elle fit un autre tour du camp et en vint à la dure conclusion que son refus d'aider le jeune homme avait mené celui-ci à partir seul pour le Mont Weather. Elle regroupa ses affaires en toute hâte, récupéra un peu de nourriture et quitta le camp. Aussi stupide que cet acte lui semblait être, elle n'allait pas laisser quelqu'un seul loin du camp. Ce n'était pas sa première mission sauvetage, et même s'il n'était pas certain que ce garçon ait besoin d'être sauvé, elle prenait l'habitude de quitter le camp. Elle s'était juré de ne laisser personne d'autre mourir, alors s'il arrivait quoi que ce soit à celui qu'elle avait envoyé paître, elle s'en voudrait forcément. Faisait-elle donc ça par culpabilité ou par instinct de leader ?
On s'en fiche. Elle secoua la tête et se concentra sur la descente sinueuse sur laquelle elle venait de s'engager. Elle n'avait pas pris de tente, aussi elle espérait le retrouver avant la tombée de la nuit. Si elle échouait, elle camperait quelque part ou se réfugierait dans le bunker. Mais cet endroit ne lui réservait que des souvenirs qui la mettaient mal à l'aise.
Au bout d'une heure de marche sans signe du jeune homme, elle se demanda si elle n'avait pas eu tort. Il était peut-être juste allé se promener et était rentré sain et sauf depuis le temps ? Aucun moyen de le savoir. Alors, elle irait au moins jusqu'à la zone limite, à la bordure du danger. Loin d'elle était l'idée de jouer avec le brouillard acide.

© Jawilsia sur Never Utopia


_________________


There's always a way out.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-100-new-earth.forumactif.org/t188-rapport-de-missions

Invité
avatar
Invité
INFORMATIONS
En savoir +

MessageSujet: Re: Let's get out of here - David   Jeu 16 Mar - 11:43

Après un petit moment à marcher, il jetait enfin un regard en arrière pour voir si personne n'était là pour l'arrêter ou alors pour l'accompagner dans cette entreprise difficile. Mais il n'y avait personne, pas même un rat ou un papillon pour grouiller autour du jeune homme. La seule chose qui pouvait être observable n'était autre que des arbres tous aussi immense les uns que les autres, qui se dressent de façon irrégulière sur des centaines de mètres voir des milliers. Les feuilles de ces géants ne pouvaient s'empêcher de s'animer lorsque ne serait-ce qu'un simple souffle provenant sans nul doute d'un Anémoi souhaitant offrir un vent amical aux arbres. Le vent actuelle était en faveur du jeune car celui-ci semblait être un Zéphyr. Un vent venant de l'Ouest et donc face à lui.

Mais à présent il devait un peu plus dévier vers le Nord, le chemin qu'il prit n'était le plus direct de tous. Mais au moins il était le plus sûr pour les jeunes. David avait souvent pris l'habitude d'emprunter celui-ci, Il pouvait aller jusqu'au bout de celui-ci en étant presque certain de ne croiser personne. Le bout de ce chemin menait directement sur la rivière. Après quoi il devrait la traverser, l'eau n'était pas le premier problème. C'était plus ce qui lui avait dedans le véritable souci. David s'armait donc de son courage et de vigueur puis il continuait d'avancer dans l'étroit chemin éclair par quelques rayons de soleil franchissant les feuilles des arbres.


Au sol il n'y avait que des racines, des branches mortes et quelques pierres étant parfois des rochers miniatures de la taille d'un tronc humain. Autour de tous cela, il y avait aussi des petits buissons. Ceux-ci semblaient produire des baies de toutes sortes. Il y avait là une véritable palette de couleur, presque toutes les teintes étaient là, on y trouvait du mauve, du bleu, du blanc, du rouge et même du jaune. David était certains que certaines baies avaient des propriétés uniques. Par exemple les noires n'étaient pas mortelle contrairement à ce que la couleur pouvait indiquer, cependant elles plongeaient celui qui en avalait dans un état narcotique.


Les blanches elles semblaient provoquer une immense faim, les rouge n'avaient de spécifique en dehors remplir un minimum le ventre afin de combattre la faim. Les jaunes étaient amer, mais elles étaient quand même nourrissantes. En revanche les baies les plus intéressantes étaient les bleus, à raison d'avoir une couleur inspirant peu de confiance. Ces baies avaient en réalité une grande quantité de liquide permettant de réhydrater au mieux la personne ou toute chose l'avalant. Ainsi pour David qui avait une longue marche devant lui c'était l'idéale pour se nourrir et s'hydrater à la fois. Ce qui au vu de la distance avec le Mont Weather, était plus qu'important.


Il arrivait enfin à la rivière, comme à tous les instants l'eau était calme, comme-ci il n'y avait aucune vie à l'intérieur. Mais on ne pouvait être sûr de rien, les bêtes pouvaient être encore présente. Il se décidait à faire une petite pause avant de continuer sa marche. Durant celle-ci il vérifiait son matériel, notamment sa tente afin de voir s'il n'y avait pas le moindre trou. Car finalement s'il accordait autant d'importance au fait qu'il n'y ait pas de trou c'était surtout par rapport au brouillard. Après une inspection minutieuse il n'y avait rien. Il mangeait donc quelques baies, puis il avala une simple gorgée d'eau avant de reprendre sa route toujours en direction de la montagne.


Pour contourner la rivière David avait l'habitude bien qu'il ne faisait pas souvent d'aller vers la source de la rivière soit contre le courant. Ainsi un peu plus loin il y avait un passage permettant de traverser en ayant pied. Pour dire seulement la semelle de la chaussure serait touchée par l'eau. Par contre une fois qu'il l'aurait franchit il ne savait pas grand chose de l'autre côté. Mais affronter l'inconnu ne lui faisait pas grandement peur, il continuait donc sa marche. Il arrivait enfin au fameux passage peu profond, il traversait donc la rivière sans encombre et enfin il était de l'autre côté. Il est vrai que s'il était allé tout droit en coupant directement la rivière à l'endroit profond il serait arrivé beaucoup plus vite, mais le danger était grand et il ne fallait pas prendre de risque inutile.
Clarke Griffin & David Stilinski
Revenir en haut Aller en bas

avatar
MEMBRE DES 100Co-leader des délinquants
MEMBRE DES 100
Co-leader des délinquants

INFORMATIONS
Age : 53 Féminin Nb de Messages : 2545
En savoir +

MessageSujet: Re: Let's get out of here - David   Jeu 16 Mar - 23:20





We Want War by These New Puritans on Grooveshark

Let's get out of hereMaybe someday people will stop being so stupid.



Elle ne pensait pas quelqu'un assez téméraire pour partir seul sur un chemin aussi dangereux. Elle y était actuellement, elle, sur ce chemin-là, mais ce n'était pas comparable : elle s'était déjà retrouvée au cœur du danger. Elle avait soigné Jasper lorsqu'il s'était pris une lance en pleine poitrine, elle avait été se réfugier avec Wells et Finn lorsque le nuage de brume acide était apparu. Elle avait pu découvrir un bon nombre des dangers de ce nouvel environnement. Elle savait s'en méfier. Mais lui, le savait-il ? Celui qui était parti tout seul, et que Clarke devra se retenir de réprimander – ce à quoi elle échouera certainement.
Elle osait encore se demander ce qu'elle faisait là. Pourquoi avait-elle décidé de se lancer dans une mission de secours sans absolument aucune certitude que le secours était requis ? Elle était peut-être seule, juste seule ici, à chercher personne ou, du moins, une personne qu'elle ne trouverait pas, car cette personne n'était pas ici. Pourtant, son instinct lui disait autrement. Il était là quelque part, elle en était certaine, elle ne pouvait pas s'être trompée aussi facilement. Il fallait chercher encore. Et si la nuit venait à tomber, elle rejoindrait le bunker le plus discrètement possible. Mais elle avait encore un peu de temps avant cela. Elle marchait, à l'affût, dans les sous-bois qu'elle commençait à connaître. Elle les découvrait encore, cela dit, et était toujours émerveillée par un élément de cette nature rêvée. Le décors qui l'entourait, jamais elle n'aurait pu l'imaginer. Elle avait imaginé l'idée d'un paysage pareil, mais n'avait jamais pu apercevoir ne serait-ce qu'un seul de ces détails. Elle s'y perdrait, dans les traits de cette vaste forêt verte et brune, si elle n'avait pas plus important à faire. Elle devait rester focalisée sur quelque chose. Encore une fois. N'aurait-elle jamais de répit ? Ne pouvait-elle pas être de ceux qui vagabondaient toute la journée à s'effarer devant des fleurs, des insectes, ou même la plus simple des feuilles qu'aucun d'entre eux n'avait eu la chance de voir sur l'Arche ?

Un indice. Ne serait-ce qu'un indice pour mettre fin à cette recherche inutile. Car ils auraient pu s'en passer de cette randonnée ! si Clarke n'avait pas aussi mal réagi quand on était venu lui demander son aide. C'était donc de sa faute ? Encore une fois ? On allait la blâmer ? Tant pis, elle en avait l'habitude. Après tout, ce n'était pas de sa faute si elle était la fille d'un couple aisé, la parfaite petite place tout près du Conseil. Abigail Griffin s'était bien servi de ce siège, d'ailleurs. Cela avait cependant moins réussi à son mari, Jake, dont la mort creusait encore le cœur de Clarke. Elle ne cessait de penser à lui, plus encore depuis qu'elle était arrivée sur Terre. Sa libération de prison ne l'avait pas libérée de ses cauchemars. Pour un secret. Pour un stupide secret qui finirait par être révélé. L'Arche mourait. Ils n'avaient pas le choix. Ils devaient agir. Ils devaient le leur dire. Clarke l'aurait fait, si elle avait pu, quitte à rejoindre son père dans le vide. Mais elle, elle aurait réussi. Pour lui.
Une série de bruits anodins ramena Clarke à la réalité. Si elle n'avait pas besoin d'être ramenée sur Terre – y ayant déjà été jetée – elle avait bien besoin d'une petite piqûre d'adrénaline de temps à autre pour lui remettre l'esprit droit. Elle n'avait pas besoin de penser à son père. Pas maintenant. Elle ne cherchait aucun réconfort. Pour l'instant, tout ce qu'elle cherchait, c'était un garçon disparu du camp. Alors, évidemment, lorsqu'elle aperçut une silhouette vaguement familière au milieu du cours d'eau, elle poussa un soupir de soulagement. Il n'était pas mort à cause d'elle.
Il n'était pas mort tout court. Maintenant, il ne manquait plus qu'à lui parler et le convaincre de revenir au camp avec elle.

Elle approcha calmement. Il avait presque terminé sa traversée. Elle ne tenta même pas de réfléchir, elle parla sans plus se poser de questions. Il était temps d'arrêter cette mascarade et de rentrer.
- Si tu fuis à chaque fois que je t'envoie balader, tu risques de te retrouver dehors assez souvent.
Elle ne fit pas un pas de plus en avant. L'autre côté était encore plus dangereux que celui-ci. Elle s'était jurée de ne pas dépasser les limites et n'avait pas changé d'avis en chemin.
- J'ai bien vu le problème, on peut en discuter. Elle jeta un œil aux alentours, toujours à l'affût du moindre danger. Mais pas ici. Que tu sois seul ou qu'on soit deux, le Mont Weather n'est pas envisageable. Si tu vas plus loin, tu vas y laisser ta vie.
Elle montrait une once d'inquiétude, mais se sentait plutôt fatiguée. Elle avait très peu dormi ces derniers jours et cette randonnée imprévue était la goutte de trop. Elle espérait qu'il accepte de rentrer avec elle sans faire toute une histoire, car elle savait déjà que sa morale ne lui permettrait pas de rentrer sans lui au camp.

© Jawilsia sur Never Utopia


_________________


There's always a way out.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-100-new-earth.forumactif.org/t188-rapport-de-missions

Invité
avatar
Invité
INFORMATIONS
En savoir +

MessageSujet: Re: Let's get out of here - David   Sam 18 Mar - 5:54

Le jeune homme fut surpris d'entendre la voix d'une fille, une voix qui ne lui était pas inconnue. Il se retournait pour finalement remarquer que Clarke était là devant lui. Sur le moment il ne savait pas quoi, il bougeait donc juste un peu plus en direction du Mont Weather. Puis une fois hors de l'eau, là où ses chaussures ne prendraient pas l'eau. Il se tourna à nouveau, la jeune leader avait déjà commencée son petit discours pour que David rentre au camp. Cependant aucun des mots de la jeune fille ne semblait l'atteindre, durant le trajet il avait eu le temps de réfléchir à son statut au sein du camp. Ce fut avec cette réflexion qui répondait à Clarke :


« Vois-tu si ce n'était pas aussi nécessaire j'accepterai volontiers ton offre de rentrer au camp. Je ne poserai même pas une condition ou une objection. Mais malheureusement la réalité est toute autre. Sur cette montagne il y a tout le nécessaire à notre survie comme des vivres, des tentes, des couvertures et même des armes. Ces choses ne seraient pas de trop avec les grounders non loin du camp. Alors que pendant que certains s'amusent à crier haut et fort que personne ne prête une réelle attention au périmètre. D'autres cherchent des solutions. Et voilà celle que j'ai pu trouver, il nous faut absolument atteindre la montagne. »


Il regardait la femme, pour voir sa réaction par rapport à ses premiers propos. Mais rien toujours rien c'était presque comme dans la tente, enfin du moins le percevait-il comme ça. Ne voyant pas de réponse en même temps il ne lui laissait qu'une minute pour répondre. Il reprit son discours :


«  Et en plus de quoi, lorsque tu me cherchais au camp, car je suppose que tu l'as fait. Tu ne te promènes pas par hasard ici. Tu dois avoir remarquée que personne ne se souci réellement de moi, tu as du en bave pour trouver quelqu'un me connaissant et encore plus pour voir que je suis parti. Même les gardes de la porte n'ont pas du t'aider. Par contre quand il n'y aura plus de bois là peut-être que l'on remarquera mon absence enfin bon, vu le stock je ne pense pas que ce sera demain la veille. »


On y réfléchissant un peu plus, David voyait de plus en plus clairement que son utilité n'était as d'être au camp, mais plus à l'extérieur à chercher une solution. Il n'avait pas besoin de se battre avec la deuxième tête des cent. Il lui fallait juste la convaincre que son action pouvait être entreprise seule, et qu'en plus de cela elle était nécessaire. La question qui restait en suspend n'était autre que de savoir s'il était possible de la raisonner. Car la vrai force de Clarke pour David est son coté bornée. Aussi têtue qu'une tête de mule disait-on avant la dernière guerre. Il cherchait donc à la convaincre avec ses mots :


« Et bien je ne sais pas si je peux te convaincre de l'utilité de la chose surtout à cet instant, car je me doute bien que tu sais que cela est nécessaire. Je ne dis pas non plus que je pourrais ramener tout ce qui s'y trouve. En revanche je ne doute pas du fait que là haut il y est une radio. Donc voilà ce que je te propose, il n'y a rien de sorcier dans mon plan. Il me faut juste ta confiance le reste j'ai tout ce qu'il me faut. Je vais monter jusqu'au sommet de la montagne à partir de là. Je chercherais une radio pour vous indiquer si oui ou non il y a tout ce qu'il nous faut. Comme ça on évite de perdre des gens pour rien. En plus de quoi si on y va à plusieurs on risque de facilement se faire prendre. »


A présent tout était entre les mains de la jeune femme, si elle disait oui, David pourrait donc réussir au moins une chose utile depuis qu'il était sur Terre, car apprendre la différence entre les différentes baies n'était pas vraiment d'une très grande utilité. Si elle disait non, il avait déjà prévu de la distraire avant de se préparer à courir pour rejoindre au plus vite la montagne.
Clarke Griffin & David Stilinski
Revenir en haut Aller en bas

avatar
MEMBRE DES 100Co-leader des délinquants
MEMBRE DES 100
Co-leader des délinquants

INFORMATIONS
Age : 53 Féminin Nb de Messages : 2545
En savoir +

MessageSujet: Re: Let's get out of here - David   Sam 18 Mar - 15:39





We Want War by These New Puritans on Grooveshark

Let's get out of hereMaybe someday people will stop being so stupid.



Une part d'elle s'y était attendue. Avec un long discours, il refusa son offre. Borné à ce point ? Clarke n'avait pas besoin d'un second Bellamy. Même si ce garçon était opposé aux idées du co-leader présumé des Cent, il n'en restait pas moins fixé sur ses propres idées, rendant la tâche difficile pour Clarke. Elle n'allait tout de même pas le laisser ici ! Ce serait une vie si aisément perdue. Car, il lui fallait se montrer honnête, les chances de survie pour une personne seule en territoire ennemi étaient moindres. Certains délinquants s'en étaient bien rendus compte. Certes, il avait raison sur le fait que les vivres pourraient leur être utiles. Clarke ne pouvait nier ce fait. En revanche, ces vivres leur seraient bien moins utiles étalées quelque part sur le flanc de la montagne avec un cadavre à côté. Dire que Clarke était sceptique quant au plan du jeune homme était bien faible face à ses pensées réelles. Elle n'y croyait absolument pas. Pour elle, cela restait une mission suicide, et les mots suivants du garçon ne parvinrent en rien à lui faire changer d'avis.

Cependant, elle l'écouta parler jusqu'au bout, lui offrant l'attention qu'elle lui avait refusé plus tôt dans la journée. Elle faillit rouler des yeux lorsqu'il souleva sa solitude. Il était vrai que peu de gens semblaient se soucier de lui au camp, si ce n'était dire personne, mais peut-être était-ce car il s'isolait beaucoup. Clarke aurait sûrement déjà fait sa connaissance s'il se montrait plus souvent. Elle ne pouvait pas vraiment déterminer s'il parlait souvent aux autres, mais elle restait convaincue que, parmi les dizaines de personnes qui occupaient le camp, au moins une pourrait l'apprécier et lier des liens avec lui. Après tout, Clarke avait bien réussi à tisser des liens, même si son lien avec Finn n'était pas vraiment ce à quoi elle s'attendait. Au fond, elle s'était précipitée avec lui, ce dont elle avait conscience, et aurait dû accorder plus de temps à la connaissance du jeune homme qui avait tout de suite montré de l'intérêt pour elle. Une courte attente et Clarke aurait découvert l'existence de la petite-amie de Finn avant de faire quoi que ce soit avec ce dernier. Alors la culpabilité aurait été moins lourde sur les épaules déjà bien chargées de la jeune femme.

Ce qui était certain, et c'était probablement la seule chose certaine actuellement, c'était le fait qu'il ne pourrait pas la convaincre et que son discours était inutile si son but était de la persuader. Cependant, il avait bien déclaré ses intentions, ses paroles trouvant alors une fonction utilitaire, et Clarke savait à peu près à quoi s'attendre. Elle ne pourrait pas l'empêcher d'y aller. Alors, puisqu'il ne comptait pas rentrer et qu'elle ne comptait pas repartir sans lui, elle s'engagea sur le chemin aquatique, pieds enfoncés dans l'eau, et traversa sans hésitation le cours d'eau.
- Je viens, que tu le veuilles ou non.
Elle s'arrêta à sa hauteur et réajusta les bretelles de son sac, les resserrant contre sa peau qui lui serait probablement douloureuse dans les heures suivantes. Elle se maudit intérieurement pour ne pas avoir pensé à prendre une arme à feu. Elle ne l'avait pas jugé nécessaire, préférant laisser ces armes-là à la défense du camp en cas d'attaque. Mais maintenant qu'elle se trouvait en territoire hostile et qu'il semblait qu'elle n'était pas prête de le quitter, elle commençait à le regretter amèrement. Tout ce qu'elle avait était un couteau. Cela devrait lui suffire. En espérant qu'ils ne croisent aucun danger.
- On sera aussi discrets à deux qu'à un, dit-elle avant de recevoir ne serait-ce qu'une seule objection. Trouver les vivres serait un miracle. Tout ce que Clarke espérait était pouvoir rentrer au camp le plus vite possible sans aucune mort sur la conscience. Mais pour l'instant, elle prenait part à cette mission suicide. Clarke ne pouvait cesser de flirter avec le danger.

© Jawilsia sur Never Utopia


_________________


There's always a way out.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-100-new-earth.forumactif.org/t188-rapport-de-missions

Invité
avatar
Invité
INFORMATIONS
En savoir +

MessageSujet: Re: Let's get out of here - David   Dim 19 Mar - 7:58

David ne comprenait pas vraiment pourquoi la jeune fille faisait preuve d'une telle persistance, surtout pour une personne dont elle ne sait rien. A son long discours elle n'avait su répondre que deux petites phrases, de quoi comprendre son agaça-ment voyant qu'il ne l'écoutait pas. Elle était en train de traverser le cours d'eau, afin de pouvoir le suivre. Cependant lui ne souhaitait pas qu'elle vienne, pour plusieurs raisons la première étant son rôle. C'est pourquoi il devait la convaincre même s'il devait aller jusqu'au point qu'elle le déteste. Pour arriver à ce stade rien de compliquer, mais la vrai difficulté resté dans le fait de lui faire rebrousser chemin.


Si seulement ce satané de serpent pouvait revenir pour l'empêcher de traverser, mais non il préférait faire la grasse mat. Et puis vu qu'elle le suivait il ne pouvait pas se permettre de courir pour la laisser sur place, car si lui avait de quoi contrer le brouillard, elle non. Et elle n'hésiterait pas à le suivre jusqu'au point de non retour. Ses mots devaient donc démontrer sa capacité à agir seul, tout en rappelant à Clarke son importance surtout par rapport à Bellamy. Ce fut donc avec ses mots qu'il commençait à s'exprimer, non pas pour être grossier comme le serait Murphy s'il était encore là, paix à son âme. Mais plus comme quelqu'un de concerné :


« Écoute je vois bien ta bonne volonté, mais là tu dépasses les limites. Ton égoïsme n'a jamais été aussi grand. Certains diraient que tu es bornée, ça je veux bien l'accorder. Mais alors tu es soit insouciante soit égoïste. Si tu veux essayer de m'empêcher de faire une bêtise, c'est bien c'est un acte pseudo altruiste. En revanche que délaisse le campement alors que tu es la seule à avoir des compétences médicales, en plus de cela tu es la seule à t'opposer ouvertement à Bellamy. Sans toi cela ferait bien longtemps que l'on serait mort donc maintenant retournes y. Dépêche il ne te reste plus beaucoup de temps avant la tombée de la nuit. Et ne t'en fais pas j'ai de quoi survivre aussi bien en vivre, qu'en matériel comme la tente, le couteau ou la machette, mais aussi en connaissance. »


Sur ces mots il n'attendait même pas de voir ce que la jeune fille ferait en fonction de ses paroles, il était peut-être vain de lui parler après tout. Si elle était aussi têtue alors, ses mots ne seraient atteindre la blanche colombe, comme la bave de crapaud. Ce qui est ironique quand on y repense car, elle se trouve dans l'eau. Oui visiblement David aimait les jeux de mots pourris, mais bon à chacun ses petits plaisir. C'était toujours mieux que Finn qui collectionnait les femmes,ou Bellamy cherchant une certaine autorité. Avant de faire son premier pas et alors qu'il était déjà de dos, il entendait plouf. Peut-être que Clarke avait glissée, ou alors juste qu'il y avait un endroit un peu plus profond. Ou alors simplement une pierre tombant dans l'eau, peu importait au jeune homme, il devait continuer sans en connaître la provenance.


Même s'il se demandait si la jeune fille ne se noyait pas, mais en y repensant c'était impossible, on ne se noie pas avec cinq centimètres d'eau. Il continuait donc son chemin, sans prêter ne serait-ce qu'une seconde d'attention à la jeune fille. Il avait prévu de marcher deux ou trois heures de plus, avant de devoir installer sa tente sous un épais feuillage, tout en écrasant une certaine plante tout atour. Le feuillage était là pour camoufler visuellement la tente, alors que la plante écrasée ne servait qu'à masquer l'odeur des éventuels prédateurs dans les environs. Oui il avait tout prévu, sauf une chose la petite Clarke.
Clarke Griffin & David Stilinski
Revenir en haut Aller en bas

avatar
MEMBRE DES 100Co-leader des délinquants
MEMBRE DES 100
Co-leader des délinquants

INFORMATIONS
Age : 53 Féminin Nb de Messages : 2545
En savoir +

MessageSujet: Re: Let's get out of here - David   Dim 19 Mar - 17:21





We Want War by These New Puritans on Grooveshark

Let's get out of hereMaybe someday people will stop being so stupid.



Bonne volonté ? La bonne blague. Clarke n'avait absolument pas envie de faire ça. Elle aurait voulu aller s'allonger quelque part de sauf et inoccupé pour une sieste hautement méritée. Ce soir, on allait probablement la réveiller pour un autre petit bobo à soigner. On osait dire qu'elle usait de ses origines sociales pour prendre le pouvoir elle-même, mais elle n'avait jamais demandé à le faire, et on ne cessait de revenir vers elle pour lui demander de l'aide. A ce rythme-là, ils l'éliraient chancelière du camp avant la fin du mois, titre qu'elle ne voulait pas. Tout ce qu'elle souhaitait, c'était la paix. Pour elle-même, pour les autres, pour tout le monde. L'idée d'une guerre avec leur nouveau voisin ne l'enchantait guère. Elle abandonnerait si elle ne se sentait pas responsable. Elle préférerait mourir que de voir son camp s'écrouler. Son, car elle en faisait partie, elle autant que les autres, et qu'ils formaient un groupe qu'elle le veuille ou non. Ils avaient tous au moins un point commun : ils étaient des délinquants. Même Bellamy, qui avait tiré sur le chancelier pour avoir une place dans le vaisseau. Même Raven, qui avait illégalement réparé un vaisseau pour descendre sur Terre avec Callie. Et quant à cette dernière, elle avait dû faire bien des choses pour se retrouver ici aujourd'hui. Elle était amie avec sa mère. Clarke espérait qu'elle n'aurait pas à haïr cette femme en apprenant qu'elle avait été de mèche avec sa mère et le conseil pour l'exécution de son père. Son cœur était noyé d'assez de haine, de rancoeur et de peine pour faire face à une nouvelle déception.

Clarke pouffa de rire à l'évocation de Bellamy. La seule à s'opposer ouvertement à lui ? Elle n'avait pas à l'être. Si ce garçon voulait s'opposer au prétendu leader, qu'il prenne son courage à deux mains et le fasse. Clarke ne comptait pas materner chaque petit chiot perdu, les soigner lui était déjà une tâche assez lourde. Non pas qu'elle détestait la médecine, bien au contraire, mais beaucoup trop de délinquants se blessaient pour un rien et cela l'agaçait. Sans attention, sans méfiance, le camp ne survivrait pas. Et c'était une chose qu'elle reprochait aussi à son interlocuteur. Il avait quitté le camp pour s'aventurer ici alors que chaque personne comptait. S'il pouvait le comprende, l'entêtement de Clarke lui serait plus clair.
Elle était déjà sur la rive opposée, celle où se trouvait le jeune homme. Il l'avait dit lui-même, il ne restait pas si longtemps avant la tombée de la nuit, il se mettait autant en danger qu'elle. Il pouvait avoir de quoi survivre, une machette ne valait pas une arme à feu. Ses connaissances et son arme blanche ne lui sauveront pas la vie en cas d'attaque des Grounders.

- Tu te montres aussi égoïste que moi en mettant ta vie ainsi en danger.
Il pouvait tenter de s'éloigner d'elle autant qu'il le voulait, elle le suivrait. Elle ne romprait jamais son propre pacte, celui qu'elle s'était faite à elle-même. Personne d'autre ne devait mourir. Personne. Elle tiendrait ce pacte autant de temps qu'elle le pourrait. Aujourd'hui ne sera pas sa fin.
- Tout le monde au camp est nécessaire. Ne crois-tu pas qu'on a perdu assez de monde comme ça ? Que tu te sentes seul ou non, on a besoin de toi. Tous. Les Grounders pourraient attaquer le camp d'un jour à l'autre, à ce moment-là ta présence nous sera d'autant plus utile. Tu dis avoir des connaissances, non ? Tu n'es donc pas qu'une simple main d'oeuvre ? Serres-en toi pour changer les choses au camp au lieu de te lamenter. Cette mission n'apportera que ta perte. Tu penses que je devrais rentrer à l'abri du camp, je pense que tu devrais faire de même. A ce rythme-là, demain on est encore là. Alors, décides-toi vite. Tu rentres, je rentre. Tu pars, je te suis. A toi de voir.
Elle se trouvait désormais à sa hauteur, s'imposant comme compagne de route. Elle était peut-être bornée, elle se considérait surtout déterminée. Ne pas vouloir perdre une seule personne de plus était loin d'être égoïste. Pour preuve, elle mettait sa vie entre les mains de ce garçon qu'elle ne connaissait pas. Elle lui demanderait son nom s'il se montrait plus amical, mais elle pouvait bien comprendre ce comportement hostile après l'accueil qu'elle lui avait offert quelques heures auparavant. Le choc des esprits, peut-être, ou des humeurs, cela semblait plus correct. Dans les deux cas, ils se gênaient l'un l'autre, s'étant lancés dans une partie d'échecs dont le plateau n'était composé que de pions.

© Jawilsia sur Never Utopia


_________________


There's always a way out.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-100-new-earth.forumactif.org/t188-rapport-de-missions

Invité
avatar
Invité
INFORMATIONS
En savoir +

MessageSujet: Re: Let's get out of here - David   Mer 22 Mar - 6:55

La jeune fille ne voulait pas changer d'avis, mais après tout c'était sa vie qui était en jeu. Elle pouvait en faire ce qu'elle voulait. Puis dans ses mots pour essayer de raisonner David, il pu entendre que lui aussi égoïste. Il trouvait ça intéressant qu'elle pense cela, alors même que personne ne connaissait son existence. Personne n'avait besoin de lui comme elle l'entendait car personne ne le connaissais. C'est comme-ci on avait besoin d'un génie en nucléaire pour je ne sais quelle raison alors même que l'on ne sait même pas si de tels génies existe encore. La comparaison n'est pas sur le fait d'être un génie, mais plus sur le fait d'avoir un besoin sans vraiment que cela soit une nécessité.


Le vrai besoin était ailleurs. David ne voulait pas seulement les vivres du Mont Weather, mais aussi les armes qu'il y avait là-bas. Car avant la guerre il s'agissait là d'une base militaire. Plus précisément un bunker de secours pour les hauts membres se trouvant à Washington DC. Comment savait-il qu'il était dans cette région du monde, et bien il était tombé tout simplement sur l'un des panneaux peuplant les forêts à présent immense sur les restes de l’ancienne capitale américaine.


Après quoi il avait pu lire des livres, de nombreux livres sur le monde avant sa chute. Peu importe qui était président à ce moment-là, il n'avait clairement pas réfléchi à situation. Et donc pour la base ou plutôt le bunker, le Mont Weather était aussi un haut siège de la CIA. Une organisation dans le passé connue pour ses méfaits au nom d'une liberté à leurs image. Et en toute logique les armes devaient être d'une quantité assez effroyable, mais aussi suffisante pour pouvoir résister aisément aux grounders. Si Clarke ne pouvait comprendre le risque, alors peut-être qu'elle n'avait pas si peur que ça de ces gens. Pourtant c'était elle qui prévenait des dangers de ceux-ci et c'était elle qui parlée de se défendre.


Mais là n'était pas le sujet, peu importe qu'elle le suive il irait jusqu'au bout de sa pensée. Même si pour ça il devait rejoindre le sommet de la montagne avec une jambe en moins. A présent vu qu'il avait pu franchir la rivière, une chose était sûre. Le danger grounders était mis en suspend pour laisser place à celui du nuage acide. Personne n'avait d'idée quant à sa provenance. Son processus de fabrication devait être assez impressionnant, il est rare que mère nature produise une telle chose par simple caprice. Mais le pire, c'est qu'en dehors des être vivant rien ne semblait en souffrir avec un petit plus, parmi les êtres vivants les végétaux étaient aussi à l'abri.


Mère nature ne fait vraiment pas les choses à moitié. Après peut-être même que le bunker pourrait s’avérer infaillible et donc protéger de cette horde de sauvage ne pouvant ou ne souhaitant pas négocier une trêve. Des murs aussi solides dans la terre et la roche de la montagne pourrait même les protéger comme ce fut le cas dans des temps anciens de bombes. Mais pour l'instant cela ne servait à rien d'y penser il fallait surtout au moins rejoindre les racines de la géante rocheuse. Il commençait donc à faire plusieurs pas sans même répondre à Clarke, car à coup sûr cela finirait en bain de sang.


Mais une chose lui trottait en tête, peu de temps après il répondait tout de même à la jeune femme. Il ne prenais aucun ton, presque comme-ci aucun mot ne pouvait l'atteindre. Et selon la situation et le sujet cela pouvait être effectivement le cas. :

« Et bien sache que je ne suis pas vraiment d'accord avec ton argumentation. Mais dirons nous qu'il s'agit là des bases de la démocratie. Une chose qui mena le monde à sa perte dans le passé. Pour maintes et diverses raisons. Quoiqu'il en soit sache que tu ne m'as pas fait changer d'avis. Après libre à toi de venir avec moi, on pourra dire que cela te fera une pause. Et plus personne ne viendra t'embêter. Quoiqu'il serait bien capable de venir te chercher si on retrouve pas avant demain matin. »


En marchant il se posait une autre question, comment faire pour camper. Il n'avait qu'une seule tente et la second du camp n'avait pris que peu de choses avec elle. Mais pas de tente, sachant vers où j'allais n'avait-elle pas pensé au brouillard ou nuage acide. Mais pendant ses pensées à ce sujet il continuait d'avancer, pour finalement s’arrêter deux heures après voyant le soleil s'en aller à l'autre bout du monde. Il commençait donc à monter la tente dans un petit creux entre trois troncs d’arbres sur le ventre. La tente enfin en place, il confectionna aussi sa cage en bois pour camoufler et augmenter quelque peu la résistance si jamais prédateur il y avait bien que cela ne soit guère possible. Et enfin il écraser bon nombreux d'herbes très odorantes sur un rayon de dix mètres autour de la tente.
Clarke Griffin & David Stilinski
Revenir en haut Aller en bas

avatar
MEMBRE DES 100Co-leader des délinquants
MEMBRE DES 100
Co-leader des délinquants

INFORMATIONS
Age : 53 Féminin Nb de Messages : 2545
En savoir +

MessageSujet: Re: Let's get out of here - David   Jeu 23 Mar - 23:46





We Want War by These New Puritans on Grooveshark

Let's get out of hereMaybe someday people will stop being so stupid.



Une pause, quelle belle connerie ! Clarke se retenait de maugréer incessamment. Au contraire de ce que disait le garçon, cette randonnée improvisée n'avait rien d'une partie de plaisir. Elle était en train de se dire que, au fond, elle aurait préféré se faire harceler par des dizaines de délinquants plutôt que de marcher en territoire hostile pendant des heures durant. Car cela faisait déjà un bon bout de temps qu'elle avait quitté le camp. Une chose était certaine, elle ne s'était pas attendue à le quitter aussi longtemps, sinon elle aurait pris plus de vivres et du matériel. Dire qu'elle n'avait rien n'était pas tout à fait exact, mais on ne pouvait pas dire qu'elle avait grand chose non plus. L'autre délinquant, quant à lui, avait tout prévu. Il sortit une tente qu'il construit à l'abri de trois arbres. Il s'amusa même à la camoufler. Clarke râla. Intérieurement, peut-être aussi extérieurement, elle-même ne le savait plus. Elle se plaignait dans son coin car cette histoire était absurde. C'était déjà un miracle qu'ils ne se soient pas fait attaquer !
Lorsqu'elle avait vu David s'arrêter, elle s'était installée dans l'herbe quelque peu boueuse, le laissant s'affairer de son côté. Il n'avait pas cherché à faire la conversation, s'étant contenté de contre-argumenter. Son côté borné avait eu raison des nerfs de Clarke qui avait préféré ne rien ajouter de plus. L'envie de l’assommer et de le traîner jusqu'au camp avait été trop forte. Et maintenant, elle ne savait plus si l'agacement avait la main mise sur elle. En effet, la peur avait fait son apparition et la tiraillait de plus en plus. La nuit tombait. Ils se trouvaient sur le flanc du Mont Weather. Aucun danger ne s'était explicité. Clarke craignait le pire. C'est pourquoi elle se leva, ne prenant même pas la peine d'épousseter ses vêtements parsemés de feuilles mortes et de terre, et se dirigea vers la tente de fortune de son compagnon de route.

- T'as fini ? siffla-t-elle après avoir tiré le tissu qui servait de porte à la tente, déterminée à mettre un terme à cette mauvaise blague. Il n'y a rien sur cette montagne à part de quoi nous tuer.
Elle jeta un regard nonchalant aux alentours proches de l'abri, constatant les stratagèmes mis en place pour conserver la discrétion de la tente. Il savait faire ça. Il avait des connaissances intéressantes, alors pourquoi les gâcher à l'extérieur quand le camp avait tant besoin de main-d'oeuvre qualifiée ? Plus ou moins qualifiée, disons. Mais savoir se débrouiller dans la nature était un plus comparé à ceux qui peinaient déjà à retenir une seule instruction avec un unique verbe conjugué au présent de l'impératif.
- Tu pourrais vraiment être utile au camp. Un groupe a déjà essayé de trouver les vivres, ils n'y ont gagné que du mal. Elle essaya d'adoucir son ton, mais la situation, la faim, la soif, et le froid qui la faisait frissonner l'en empêchèrent. Si tu veux mourir, il y a plus simple façon de se tuer.
Et ça, elle le savait bien. Non pas qu'elle y avait sérieusement pensé, seulement elle avait eu pas mal de temps libre dans sa cellule. Combien de fois s'était-elle demandée ce que ça faisait de mourir étouffée dans le vide spatial... comme si c'était le moment pour y repenser. Pourtant, son père lui serait d'une aide cruciale en ce moment même. S'il était descendu sur Terre avec elle, le camp serait stable et fructueux. Il n'y aurait pas eu autant de morts. Clarke ne serait pas en train d'essayer de convaincre désespérément quelqu'un pour éviter une nouvelle perte. Elle ne pouvait pas lui faire confiance pour s'en sortir. Sa mission était ridicule. Certains jeunes étaient morts pour moins que ça. Son père était mort pour moins que ça. Et ce garçon inconnu osait encore prétendre vouloir le bien de tous, accusant Clarke d'un égoïsme dont il faisait lui-même preuve.
- Qu'est-ce que t'as fait pour te retrouver là... souffla-t-elle, la question s'échappant de ses lèvres inconsciemment. Ce n'était pas intentionnel. On ne posait pas ce genre de question à la légère. Certains d'entre eux ne voulaient pas ressortir leur lourd passé. C'était compréhensible. Clarke n'aimerait pas qu'on lui rappelle la mort de son traître de père chaque jour. Elle y parvenait déjà très bien toute seule.
- Tu penses que personne ne se soucie de toi. Tu crois que je suis différente ? Si quelqu'un part à ma recherche, ça ne fera que plus de personnes en danger. Car tu as tort quand tu dis que personne n'a remarqué ta disparition.
Ses mâchoires se desserrèrent automatiquement alors que le ton de sa voix s'apaisait. La colère ne fonctionnait pas, la compassion serait peut-être plus efficace. Il leur fallait trouver un accord mutuel. Ce différend allait finir par les tuer.
- Je suis partie à ta recherche. Je t'ai retrouvé. Cela ne te suffit-il pas à comprendre que le camp a besoin de toi ? Qu'il y aura toujours au moins une personne qui remarquera ton absence ? Que tu comptes pour au moins une personne.
Elle ne pouvait être plus sincère en disant ces mots. Tout le monde comptait. Pas une personne méritait plus de vivre qu'une autre. Clarke s'accrochait à cette vérité. Son père en était l'ambassadeur.

© Jawilsia sur Never Utopia


_________________


There's always a way out.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-100-new-earth.forumactif.org/t188-rapport-de-missions

Invité
avatar
Invité
INFORMATIONS
En savoir +

MessageSujet: Re: Let's get out of here - David   Dim 26 Mar - 11:14

Durant les instants qui suivirent la constructions de l’œuvre de fortune au beau milieu de la forêt. Il y eu de nombreuses choses, de la rage, de la compassion, de l'impatience et bien d'autres sentiments ou états s'affichant sur les expressions de la jeune Clarke. Ce n'était pas que David ne voulait pas l'écouter, mais plus qu'il n'arrivait pas y trouver quelque chose pour lui. Puis finalement, dans la tente elle lui demandait la raison de sa venue sur Terre. Comment dire à une fille qui a perdu son père, que David fut trahi par son père pour un adultère. Le tout sans quelle puisse devoir penser à son père, même ne serait-ce qu'un instant.

Lui il n'avait pas honte de cela, après tout on peut dire que comme certains présent dans la navette il n'y avait pas de raison. Le règlement était si sévère sur l'arche, que parfois les peines étaient ridicules. Parfois même comme pour David, cela partait d'une bonne intention sans chercher à faire du mal. Sans vraiment regarder la jeune fille, il soupira un peu puis il répondait sans détour à la jeune Griffin :

« La raison du fait que je soit un criminel pour l'Arche, ou plutôt que j'étais vu qu'ils nous ont graciés. Et bien tout simplement pour mettre promener dans un couloir à un moment où il ne fallait pas, surtout au yeux d'un membre de ma famille. »

Il n'avait pas menti, juste avait-il un peu modifié les mots pour rendre la chose moi dramatique. Surtout qu'auparavant elle lui demandait à la limite s'il souhaitait mourir. Puis après quelques moments, elle lui demandait autre chose de totalement différent. La question portait sur le fait qu'il croyait vraiment que personne ne tenait à lui, la réponse pourtant évidente. Elle argumentait la chose par sa présence en ces lieux, dans cette forêt au pied de la montagne. Il insista ensuite sur les besoins des compétences du jeune homme.


A tout cela il savait quoi répondre, mais cela serait trop sec et il ne voulait pas se la mettre à dos. Encore une fois. Il commençait donc tout d'abord à réfléchir à une réponse correct. Il lui fallait préciser que pour l'instant comme elle l'a dit on voulait ses compétences et non lui. De plus à ses yeux, il n'y avait rien d'extraordinaire à savoir monter une tente et poser trois branches autour du lieu de repos. Quant à son savoir sur les baies Monty était bien plus informait sur la chose. Le fait qu'elle dise être venue pour lui était étrange aux yeux du jeune homme. Mais en même temps il était très pragmatique. Pour lui elle n'était là que pour son intérêt dans le sens où elle ne voulait perdre personne comme auparavant. Car à chaque mort il semblait qu'elle se sente coupable.

Finalement on ne le voulait pas lui, mais simplement ses compétences. Il n'y rien pour le convaincre bien qu'elle essayait de faire au mieux selon lui. Il lui répondait donc avec une certaine précaution, mais pas non plus avec des pincettes :

« Si quelqu'un se blesse je te signale que cela sera de ta faute, c'est toi qui a insisté pour venir avec moi. Mais bon il est vrai que pour le moment le camp a besoin de moi. Je reconnais avoir eu peut-être un comportement impulsif. Au levé du jour, on rentrera au camp, en espérant que cela te convienne ? »

Mais alors qu'elle allait répondre, un craquement se fit entendre à l'extérieur. Sans doute les deux adolescents n'auraient pas du parler ou du moins se reprocher et chuchoter ils auraient dû. Le jeune Stilinski annonça donc qu'il allait voir ce qui se trouvait à l'extérieur sortant seul de la tente, en veillant à ne pas trop faire de bruit. Il se demandait s'il préférait que cela soit un prédateur ou alors un grounders. Il y avait un peu de vent ce soir là, peut-être que cela permit à un animal hostile et dangereux de sentir l'odeur. A l'extérieur seul, il comptait prévenir la jeune femme en cas de problème. Il commençait donc à patrouiller tout autour de la tente.

Pourtant il n'y avait rien, pas même un bruit c'est comme si c'était le bruit de son imagination, cependant il avait bien entendu la chose. Alors quo il n'y avait rien, le vent avait juste fait tomber une branche qui se brisa sur le sol. Soit il rentrait donc à la tente, mais alors qu'il se trouvait juste à dix mètres de là. Un homme tout de noir vêtu se présenta face à lui. Arme à la main, plus précisément une lame courte mais large. Ce n'était pas un simple couteau de survie, et il n'avait rien avoir avec un membre des cent.

David criait donc afin de prévenir Griffin, de fuir au loin le plus vite possible. Puis il précisa que c'était une attaque de grounders. La voyant courir il commençait à courir, mais la route que prenait Griffin était encombrée par un assaillant. Il du donc prendre un autre chemin. Mais au bout d'un moment, il reçut un coup sur la tête le plongeant dans un profond état comateux. A son réveil il ne voyait plus qu'un tableau, des meubles et des mur blancs. Avec une porte semblant être bien solide. Mais la chose qui le surprit c'était le lit sur lequel il était.
Clarke Griffin & David Stilinski
Revenir en haut Aller en bas

avatar
MEMBRE DES 100Co-leader des délinquants
MEMBRE DES 100
Co-leader des délinquants

INFORMATIONS
Age : 53 Féminin Nb de Messages : 2545
En savoir +

MessageSujet: Re: Let's get out of here - David   Dim 26 Mar - 17:18





We Want War by These New Puritans on Grooveshark

Let's get out of hereMaybe someday people will stop being so stupid.



La discussion était inutile. Clarke n'arriverait jamais à s'accorder avec lui. Elle aurait abandonné. Elle serait rentrée au camp. Elle aurait tâché d'oublier cette mission inutile et d'aider quiconque avait besoin de son aide. Si seulement ils en avaient eu le temps.
Ç'avait commencé par un bruit. Puis d'autres bruits. Et tout un tas de sons désagréables qui avaient mis en alerte tous les sens de Clarke. A peine une ombre était apparue au clair de lune que Clarke avait commencé à courir, les bruits envahissant déjà le camp de fortune de son compagnon de route. Elle ne pouvait rien pour lui. Elle ne pouvait cacher le fait que, tandis qu'elle courait et que ses jambes la faisaient terriblement souffrir, son cœur était la partie de son corps qui lui faisait le plus mal. Elle s'était entêtée à vouloir sauver quelqu'un, elle avait échoué. En fin de compte, sa présence ne servait strictement à rien puisque, en cas d'attaque, comme celle qui venait de se produire, Clarke ne pouvait rien faire d'autre que courir. Elle ne savait pas se battre, et qu'est-ce que ça lui tirait sur les jambes ! Courir dans les bois était encore nouveau pour elle. Mais l'obscurité de la nuit, ça, elle connaissait. Ses yeux s'y étaient accoutumés sur l'Arche. De manière encore plus efficace lorsque, la nuit, ses insomnies gardaient ses yeux ouverts dans la pénombre de sa cellule. Là-haut, la seule lumière venait de l'espace. Elle avait pénétré nuit et jour par le hublot et terrorisé Clarke. Elle fermait les yeux, voyait son père disparaître dans le vide. Elle ouvrait les yeux, voyait la lueur émaner de ce même vide. Pendant des semaines, voire des mois, cela s'était répété.
Et aujourd'hui, alors qu'elle fuyait une énième fois, elle se disait que sa cellule n'avait pas été si mal. Au moins, malgré le froid et la douleur, elle y avait été en sécurité. Du moins sur le moment. Car l'ombre de son exécution avait toujours plané sur elle.

Qu'est-ce que c'était, là-haut ? Des bêtes ? Des humains ? Des Grounders. Quoi d'autre ? Il n'y avait qu'eux pour commettre des actes si barbares. Faucher un humain. Lui arracher sa liberté alors que la planète la leur offrait. L'Arche n'avait pas tous ces espaces. Ni lac, ni montagne, ni forêt, ni plaine. La seule liberté donnée aux habitants du vaisseau était de respecter ou non la loi. Vivre ou mourir. Quelle liberté.
Clarke soufflait bruyamment, paniquant à l'idée que sa respiration haletante puisse être entendue. Ils ne l'avaient pas suivie, non ? Ils en avaient déjà eu un, n'était-ce pas suffisant ? Non, c'était une pensée égoïste, comment pouvait-elle penser ça ne serait-ce qu'une seconde ? Il fallait qu'elle se calme, qu'elle réfléchisse, qu'elle retrouve le chemin du camp pour s'y écrouler et oublier tout ça pour un moment. Ce n'était peut-être qu'un mauvais rêve. Un cauchemar à l'allure bien réelle.
Et si le délinquant ne rentrait jamais ? Et si Clarke ne pouvait vraiment rien faire pour lui ? Ce n'était pas comme si elle pouvait retourner là-haut pour aller le chercher. Elle ne savait même plus où là-haut se trouvait !
A croire qu'ils seraient rentrés au camp à l'aube. Tous les deux. En sécurité. A croire que ce gars pensait vraiment que Clarke était une privilégiée ! Elle n'était pas plus appréciée. Elle n'était pas plus importante. Elle n'était même pas médecin ! Les Grounders pouvaient venir, elle ne pourrait rien faire. Ni soigner les délinquants aux torses transpercés, ni emporter une seule personne pour l'éloigner du danger. La preuve, elle n'avait pas réussi à sauver ce garçon dont elle ne connaissait même pas le prénom.
Agenouillée dans la terre, elle tapa du poing contre le sol mou. Elle grogna, folle de rage face à son échec, et plongea ses deux mains dans la boue, s'accrochant à la terre avec la sensation que le vide l'aspirait. Vers où, aucune idée. Elle se sentait tirée de tous les côtés. Elle ne savait plus où elle était. Elle n'arrivait plus à réfléchir. Elle ne tenait plus sur ses quatre membres. Retourner au camp lui était impossible pour le moment. Elle se laissa tomber sur le côté, à bout de souffle. Son corps roula avec peine dans les branchages. Mon dieu, dans quel état était-elle...
Peu importait. Quelle soit couverte de boue, perdue, les poumons en feu et le cœur en éponge. Peu importait, puisqu'elle ne parvenait plus à réfléchir. Elle le ferait demain, quand elle se réveillera. Si elle se réveillait.

© Jawilsia sur Never Utopia



Spoiler:
 

_________________


There's always a way out.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-100-new-earth.forumactif.org/t188-rapport-de-missions

Contenu sponsorisé

INFORMATIONS
En savoir +

MessageSujet: Re: Let's get out of here - David   

Revenir en haut Aller en bas
 
Let's get out of here - David
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» David Lanero {OK}
» Haitian Activist David Josue's Brazil Tour to Demand Troops Out of Haiti
» David MeShow - Anus
» David Villa Icon
» David Otunga & Wade Barret & Chris Benoit Vs Justin Gabriel & Cody Rhodes & John cena

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The 100 : New Earth :: 
₪ LES ARCHIVES ₪
 :: 
A R C H I V E S
 :: SAISON 1
-
Sauter vers: