AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Owan "You can't love someone back to life."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
PEUPLE DES ARBRESGuerrier sans passé
PEUPLE DES ARBRES
Guerrier sans passé

INFORMATIONS
Age : 53 Masculin Nb de Messages : 163
En savoir +

MessageSujet: Owan "You can't love someone back to life."   Mar 18 Avr - 22:26


Owan
« Life is unpredictable and control is just an illusion. And it makes us feel small and powerless. »

— PAPIERS D’IDENTITÉ —


Ft. Dylan Minnette
Nomination : Owan ; naissance Carter Wilson.
Age : 16 ans

Groupe : Natif, ancien délinquant.

Station / Nation d'origine : Station Mecha / Clan Trikru
Métier / Rang actuel : Membre d'une petite tribu des Arbres, guerrier en formation.

Famille :
Anne Wilson - mère - en vie
Pete Wilson - père - en vie
Tous les deux affiliés au tri et échanges de pièces pour les mécaniciens.

Sa nouvelle famille, les membres de la petite tribu Trikru.

Mia Weaver, la seule personne qui l'importe vraiment. Décédée.


— HISTORIQUE DE L’INDIVIDU —

Elle est née dans l'espace, sur l'Arche, et a grandi sur la station Mecha. A l'âge de trois ans elle a commencé à taper sur toutes les portes, l'une après l'autre, en commençant toujours par la cinquième en partant de la gauche. Au fur et à mesure que sa main grandissait, ses coups devenaient plus forts. Un jour, un voisin de son couloir a ouvert la porte et l'a regardée avec de grands yeux. Elle a eu son premier et seul véritable ami.
Dix ans plus tard elle continuait encore de taper sur les portes, mais plus seulement celles de son couloir. Elle courait partout et faisait le plus de bruit possible. Pourtant, on lui a dit que c'était pas bien. Mais ça restait quand même drôle de la voir cogner partout. Ça réveillait l'Arche morte. C'est tellement peu bruyant sur l'Arche que son ami a fini par l'aider. Faire du bruit histoire d'être entendus.
A quatorze ans, elle a commencé à travailler après les cours. Elle se débrouillait déjà très bien pour réparer des trucs, mais son travail était toujours bluffant. Elle trouvait une vieille pièce et la transformait en œuvre d'art ! Encore quelques années et elle serait devenue une excellente ingénieure. Serait. C'est joli le conditionnel, ça fait rêver. Jusqu'à ce qu'on se rende compte que le conditionnel, c'est rempli de conditions. Plein de « si ». Et là, le plus grand « si » possible est aussi le plus destructeur.
Elle serait devenue une brillante ingénieure si elle n'était pas morte.

Son nom est Mia Weaver. Elle est née le 4 mai 2134. On peut penser que tout a commencé l'année de ses quatorze ans, mais il est clair que l'histoire prend ses racines le jour de sa naissance. Elle a toujours été vive, mais il n'y a jamais eu aucune lueur dans son regard. C'est la fille intelligente que vous enviez. Elle est gentille, ne ferait de mal à personne et défend toujours les bonnes causes.
C'est ce que je croyais. En réalité, elle était capable du pire. Elle était capable de se faire du mal à elle-même. Je crois qu'elle s'est de plus en plus effacée lors de sa dernière année de vie. On travaillait ensemble depuis longtemps, ce qui nous semblait être depuis toujours, mais moi je me contentais de réparer des trucs cassés. Elle, elle créait. Elle réorganisait, renouvelait, inventait. Elle avait l'imagination que je n'avais pas. C'est bien pour ça que je ne comptais pas devenir ingénieur. Moi, j'étais plutôt du genre mécano. Pas le mécano qui va dans l'espace, non, celui qui répare les trucs cassés. Celui que vous appelez quand vous avez coincé votre porte, celui qui vient quand le conduit d'air se fait poussiéreux. Vous voyez le genre. Mais elle, elle était un véritable génie. Et je pense que c'est ça qui l'a tuée. Pas ça exactement, non, mais le fait qu'elle réfléchissait de trop. Elle prenait tout pour elle, englobait chaque émotion qui traînait et l'enfouissait au fond de son cœur. Elle cherchait à comprendre, mais ce ne sont pas des choses que l'on peut comprendre. Elle portait la douleur du monde sur le coeur.

« Because it may seem like a small role now, but it matters. In the end, everything matters. »

Si ça n'avait été que ça. Mais elle n'a pas été aidée. C'est une rumeur, puis une autre. Je ne les écoutais pas, moi, les rumeurs, je les ai toujours ignorées. Je les trouve futiles. Aucun intérêt. Mais elle y portait de l'importance. Elle les entendait et les prenait pour elle, comme tout le reste. C'était une éponge, et on ajoute pas de l'eau à une éponge, sinon ça la noie. Mais ça n'a pas été que ça non plus. Elle me disait jamais que ça n'allait pas. A moi, son seul véritable ami. Mais je le voyais. J'ai fini par la confronter à ce sujet. Elle m'a dit qu'elle ne pouvait pas me raconter. Elle n'en pouvait plus. Elle m'a avoué que c'en était trop, qu'elle voulait que les choses changent. J'ai essayé de prendre les devants, de trouver le problème pour pouvoir le régler, mais je n'ai rien trouvé et je n'ai rien réglé. Deux jours plus tard elle est venue s'excuser. J'étais fatiguée, c'est ce qu'elle m'a dit. J'étais fatiguée et j'ai réagi trop vite. Je ne voulais pas t'inquiéter. Et j'y ai cru. J'ai tout cru et je n'ai jamais rien compris. Jusqu'au jour où je l'ai trouvée.

Avant que je repense à ce moment que je ne peux oublier, il faut que je précise quelque chose que j'ai toujours eu du mal à expliquer. Ça s'est passé la veille de ce jour. Elle a toqué à toutes les portes de notre couloir comme toujours. Elle finissait le travail plus tard que moi ce soir-là. J'ai ouvert la porte en l'entendant, comme toujours depuis la première fois que je l'ai fait dix ans auparavant. Elle m'a tendu un objet. Un walkman avec une seule cassette, celle-ci étant déjà à l'intérieur. Je le savais déjà avec un seul regard car je connaissais cet objet. Mia l'adorait. Elle ne s'en passait pas. Elle avait réussi à faire une recharge solaire pour ce vieil appareil mais ils étaient à connecter à l'Arche. C'est important de dire ça, car ce walkman n'avait plus qu'une pile qui se viderait lentement alors que j'écouterais sa musique, et Mia n'avait plus qu'une journée à vivre.
Ce que je n'ai pas compris ce soir-là, c'est qu'après m'avoir donné l'objet, elle s'est penchée, a posé ses lèvres sur les miennes, a attendu quatre secondes, s'est redressée, m'a remercié et est partie. Je ne l'ai plus revue. Plus jamais.

« Now, the truth is the one you won't forget. »

Non, il y a toi aussi. Au point où on est allé, j'ai fini par croire que tu étais la seule vérité. Tous les autres ne sont que mensonge.
Car ils ont osé nier ce qu'ils t'ont fait. Ils sont venus à ta cérémonie et ont dit des choses gentilles sur toi. Même la fille qui disait toujours ne pas t'apprécier. Même le gars qui ne cessait de répéter qu'il te trouvait délicieuse. Ils me dégoûtaient. Et il est entré. Lui, là, avec deux gardes. Il assurait la sécurité autour du transport du corps et devait faire en sorte que tout se passe comme prévu. Personne ne devait regarder le corps de plus près. Un drap le couvrait, et il serait relâché dans l'espace avec elle. Car personne ne devait jamais voir comment quelqu'un avait réussi à mettre fin à ses jours.
Mais je vais le dire.
Mia était intelligente. Créative. Elle vient de la station Mecha, encore un an et elle devenait apprentie ingénieure. Elle connaît tout ce qu'il faut savoir, a un temps de réaction aux pires situations des plus rapides et trouve toujours une solution. Alors, il était évident qu'elle trouverait comment s'ôter la vie.
Je le vois encore parfois, et je comprends en me rappelant notre chanson que c'était une libération pour toi. Mon emprisonnement, ta libération. Ne le prends pas mal, je ne t'en veux pas. Je préfère souffrir à ta place. J'aurais aimé qu'on souffre ensemble, mais quand tu étais en vie je ne souffrais pas.

« I had all and then most of you, some and now none of you. »


Un bal. Une soirée. Toi et moi. J'aurais dû te le dire ce soir-là. J'aurais peut-être pu te sauver, te donner envie de te battre contre la vie avec moi. Mais j'ai comme l'impression que l'amour ne suffit pas. La preuve, tu le savais, au fond. Toi et moi, on l'a toujours su. C'est une évidence. Depuis le jour où je t'ai ouvert ma porte. C'était si simple. Mais toi, tu étais trop complexe. Je n'ai jamais su te comprendre et tu t'es sentie seule.
Ils te l'ont reproché aussi. Et ce qu'on t'a fait, ce qui t'a fait prendre ta décision finale, je ne le sais toujours pas. J'ai cherché. Puis j'ai craqué. Revenons au jour de l'éjection de ton corps. Je te l'ai déjà raconté, mais j'ai toujours l'impression que quelque chose m'échappe. Et puis, je ne veux pas oublier. Je ne veux rien oublier de toi. Il faut bien quelqu'un pour se souvenir.

« I'm listening to someone give up. Someone I knew. Someone I liked. I'm listening. But still, I'm too late. »

J'ai été arrêté pour diffamations. J'ai écouté notre chanson en boucle, Mia, chaque parole, chaque ligne, chaque mot. J'ai essayé de comprendre. Evidemment, j'ai échoué, et ça m'a foutu en rogne. Puis je me suis souvenu d'une chose que tu as dite il y a longtemps. Sur un ton simple. Le ton d'une conversation banale. Pendant un travail redondant qui ne demandait aucune réflexion.

« You don't know what goes on in everyone's life but your own. And when you mess with one part of a person's life, you mess with their entire life. »

J'ai accusé l'espace et la Terre de t'avoir tuée. Je sais que les autres sont coupables mais ils ne veulent pas l'admettre. On est tous coupables, car on ne t'a pas écoutée. On n'a pas été là pour toi. Ils n'ont pas mal. Ils n'ont pas de regrets. Moi j'ai mal, je porte ta douleur que je conserve comme la chose précieuse que tu m'as offert. Et quand j'ai commencé à accuser ce Chef de la Sécurité qui ne t'avais absolument pas gardée saine et sauve, j'ai été arrêté. Ils m'ont pris pour un fou, Mia. Pourtant, tu ne t'es pas suicidée sur un coup de tête. Ce n'était pas seulement toi et ton mal être. On t'a fait du mal. Et aujourd'hui, je ne sais toujours pas ce qui t'a envoyée droit vers la mort. L'événement de trop.

Mais tu sais quoi ? Oui, bon, je te l'ai déjà dit mille fois. Je suis sur Terre. Ça a commencé par des leçons de survie. Après quatorze mois d'emprisonnement, on m'a tiré de ma cellule. J'avoue que j'avais du mal à contenir ma rage depuis que le walkman m'avait lâché au bout de la troisième semaine. Il aurait tenu longtemps, quand même, pour un vieux truc. Ne m'en veut pas de dire ça, tu as fait un super boulot pour le réparer ! Enfin bref. Je suis tombé sur Terre. J'ai emmené le walkman avec moi. En sortant de la navette, en voyant tous ces visages heureux d'avoir survécu, à les regarder découvrir leur nouveau terrain de jeu avec émerveillement, j'ai su que je ne le supporterais pas. J'ai commencé à marcher. J'ai mis le casque sur mes oreilles. Il n'y avait peut-être pas de musique mais ça m'en donnait l'illusion. Après tout, je connais notre chanson par cœur. J'ai beaucoup marché, sans m'en rendre vraiment compte. Le paysage m'importait peu. Je me suis arrêté à la tombée de la nuit. Ma première nuit sur Terre. J'ai creusé un trou profond et ai déposé le walkman. Je voulais te protéger. Si je ne survivais pas dans les bois, tu serais protégée par la Terre. Ne m'en veut pas de voir une partie de toi en un objet, c'est tout ce qui me reste de toi question matériel. Quand je perdrai la tête, le walkman sera encore là pour te rappeler à moi.

La suite est assez floue. J'ai marché. J'ai arraché tout ce qui me rappelait l'Arche. Je n'avais plus que mes vêtements et la Terre les a vite abîmés. Mais ça n'était pas grave à ce moment-là, car je me suis écroulé dans l'herbe et j'ai observé les étoiles. J'ai pensé à toi qui me regardais de là-haut. Je sais que tu es quelque part dans l'espace, et j'espère souvent que ton visage tuméfié est tourné vers la Terre. Pour que nos regards puissent encore se croiser. Laisse-moi au moins un peu d'espoir.
J'ai marché très loin, car je découvrai pour la première fois des lisières de forêt. Protégé par les arbres, un petit village. C'est là que je me suis réveillé il y a trois semaines. C'est maintenant que je précise que je n'ai pas prononcé un mot depuis mon emprisonnement. Personne ne m'a cru. Je ne veux pas qu'on partage ses mensonges avec moi, alors je n'ai plus parlé à personne. Pas même le compagnon de cellule que j'ai eu avant qu'on ne m'envoie en solitaire pour garder ma folie dans l'ombre. Je n'acceptais pas la présence d'autrui. C'est pour ça que j'ai quitté les autres. Mais les personnes que j'ai rencontré m'ont traité différemment.
Ils ne savaient pas qui j'étais, je ne savais pas qui ils étaient non plus. Pourtant, ils m'ont laissé le bénéfice du doute et ont bien vite vu que je n'étais pas dangereux. Mon comportement leur a rappelé celui d'un enfant sauvage. Je ne me comportais pas salement, loin de là, mais je ne parlais pas et leurs façons de faire m'intriguaient. Alors, j'ai observé, appris leur langue, leur culture, et ai offert mon aide silencieuse pour les tâches du village. Ils m'ont accepté, et j'ai pu leur parler. Petit à petit, j'apprenais des mots, des phrases. Les quelques guerriers de ce petit village parlaient anglais, ce qui m'aidait à les comprendre.

J'ai entendu parler d'une guerre à venir. Je leur ai demandé si je pouvais apprendre à me battre. Ils étaient très peu à savoir le faire dans la petite tribu, alors ils ont accepté. Ma carrure était assez appréciée. Epaules larges, mains habiles. Un jeune de la station Mecha. Un futur guerrier.

Je détiens ma vengeance entre mes mains. Notre vengeance. Ils ne nous ont pas écoutés. Je leur parlerai d'une autre façon. Je ne leur demande plus de comprendre. Je veux qu'ils souffrent aussi. C'est le jeu cruel dessiné par l'Arche. Je pense encore qu'ils auraient dû me faire taire avant. Définitivement. Mais je ne peux pas t'oublier. Jus drein jus daun.

Le soleil se lève. Bonjour Mia, moi c'est Owan. C'est ainsi que je me suis nommé auprès des natifs. Ne ris pas. Ne m'en veut pas non plus. Je sais bien que c'est ton deuxième prénom ! Ne t'en fais pas, Carter existe encore, mais seulement pour toi. Désormais, je suis Owan. J'ai trouvé mon peuple – celui des Arbres.
J'ai fabriqué ma première épée hier. Le métal et moi, tu sais... j'apprends peu à peu à la manier. Je suis prêt, Mia. Owan ne te décevra pas. Je te le promets.

— CARACTÈRE & PARTICULARITÉS —

Si je vais bien ?


Mais je ne peux pas dire que je vais mal non plus. En fait, je ne ressens plus rien. Je dois avouer que penser à l'Arche me met en colère et me brûle terriblement, mais je fais tout pour ne pas y penser. Quand je sens la colère commencer à m'étouffer, je pense à toi, à notre chanson, ça m'apaise. C'est le seul moyen que j'ai trouvé pour me calmer depuis que le walkman ne fonctionne plus. Tu sais, on me demande de parler de mon physique et je pense à ce que toi tu pensais de mon apparence. Tu te moquais souvent de la petite mèche de cheveux qui rebiquait sur le haut de mon crâne, mais tu adorais la couleur noire de jais. Tu me disais souvent que le noir te rassurait. Moi, j'ai eu peur du noir jusqu'à ce que tu m'apprennes que le danger, c'était la lumière. Sur Terre, la lumière c'est plutôt un réconfort. D'ailleurs, ma peau a commencé à bronzer avec le soleil. Y a pas beaucoup de rayons mais je suis si pâle que quelques semaines sous les rayons automnales ont foncé ma peau. De pas beaucoup, je te rassure. Disons que maintenant ma peau a une couleur normale.

Je crois qu'ils étaient assez surpris quand ils ont découvert que je n'avais pas peur de mourir. Ils ne savent pas pourquoi mais je suis déterminé à apprendre à me battre. J'ai entendu parler de la guerre à venir. Je donne ma force et mon courage à ma tribu pour aller vaincre. S'il y a bien une chose qui me fait continuer, c'est de pouvoir te venger. J'aurai tous ceux qui t'ont fait du mal, comme je te l'ai promis. Ils ne nous ont pas cru, la mort les jugera pour nous. Que je meure ou non, j'ai besoin que tu saches que tu resteras ce que j'ai de plus important. Si je devais me définir en un mot, je dirais que je suis la meilleure personne que j'ai jamais connue, parce que toi, c'est moi, et que tant que je vivrai tu continueras de vivre.
Ce n'est pas que je refuse d'accepter ta mort, c'est simplement qu'elle me fait mal. Je préfère te savoir en vie avec moi, c'est mieux ainsi.

(Une vieille lame de ferraille. C'est comme ça que tu as fait. Je l'ai récupérée, nettoyée et rendue au tri. Ton arme traîne encore quelque part sur l'Arche. Je ne voulais pas qu'ils la découvrent. Nous aussi on a droit à nos secrets.)


Citations:
 
[DERRIÈRE L’ÉCRAN]

Pseudo : Griffin Jr / Furkeepa Razz
Age : J'ai beaucoup redoublé dans ma vie.
Comment avez-vous connu le forum ? What a Face
Avez-vous lu la CHARTE ? C'est quand qu'il meurt Jaha ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
PEUPLE DES ARBRESCommandante des Natifs
PEUPLE DES ARBRES
Commandante des Natifs

INFORMATIONS
Age : 20 Féminin Nb de Messages : 1150
En savoir +

MessageSujet: Re: Owan "You can't love someone back to life."   Mer 19 Avr - 10:36

Rebienvenue Furkeepa ! I love you
Quelle surprise en tout cas ! Super fiche que tu nous as fait là et avec une de ces plumes **
J'ai vraiment hâte de le voir en rp ! Smile

_________________


Merci Roandoudou
pour ce superbe kit ♡
★ But still, like dust, I rise.


Femme ? Aime moi ♡:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-100-new-earth.forumactif.org/t43-rapport-de-missions-

avatar
PEUPLE DU CIELChef de la Garde - Leader
PEUPLE DU CIEL
Chef de la Garde - Leader

INFORMATIONS
Age : 24 Masculin Nb de Messages : 1120
En savoir +

MessageSujet: Re: Owan "You can't love someone back to life."   Mer 19 Avr - 12:10

Tiens, encore un fan de Kane Rolling Eyes
Ahlala, tu me donnes envie de regarder 13 Reasons Why Razz
J'aime beaucoup la façon dont tu as rédigé la fiche, bravos ! Tout est bon pour moi, je te donne ta couleur ... je t'épargne le message prédéf', tu connais la maison maintenant

Bon jeu avec ce nouveau personnage =)

EDIT : Si ton rang ne te convient pas, n'hésite pas à me proposer quelque chose ... je ne savais pas quoi mettre XD

_________________

We are our mistakes’ sum
Sometimes the only choices you have are bad ones, but you still have to choose. With time, I’ve learnt true courage isn’t making this choice: it’s create another one, a third one, a better one. I apologize for all the harm I’ve caused, all our lost ones … I don't ask you to forgive, neither to forget, but I will make amends, I swear it. I swear it upon my blood.
♪ See you brought out the best of me
A part of me I've never seen ♫


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-100-new-earth.forumactif.org/t44-kane-life-is-about-s

avatar
PEUPLE DU CIELMécanicienne de génie
PEUPLE DU CIEL
Mécanicienne de génie

INFORMATIONS
Age : 29 Féminin Nb de Messages : 1501
En savoir +

MessageSujet: Re: Owan "You can't love someone back to life."   Mer 19 Avr - 14:39

Re Bienvenue Blondie Very Happy je sais ça fait très bizarre vu le perso mais j'avais envie de dire blondie Razz

L'histoire est dingue ^^ du coup s'il est mécha, j'imagine qu'on aura un lien ? Un plus positif cette fois ci XD (j'ai plus de chance avec lui, il risque pas de coucher avec Finn au moins

_________________

“TOUTE PEINE MÉRITE GALÈRES.”
La souffrance est féconde en enseignements, on apprend vite à l'école de la douleur.

Mon Magasine perso :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-100-new-earth.forumactif.org/t79-rapports-de-missions

avatar
PEUPLE DES ARBRESGuerrier sans passé
PEUPLE DES ARBRES
Guerrier sans passé

INFORMATIONS
Age : 53 Masculin Nb de Messages : 163
En savoir +

MessageSujet: Re: Owan "You can't love someone back to life."   Mer 19 Avr - 16:00

Merci Lexa I love you

Je pourrai tous venir vous voir pour un lien ! Very Happy

Citation :
Tiens, encore un fan de Kane Rolling Eyes
Ahlala, tu me donnes envie de regarder 13 Reasons Why Razz
J'aime beaucoup la façon dont tu as rédigé la fiche, bravos ! Tout est bon pour moi, je te donne ta couleur ... je t'épargne le message prédéf', tu connais la maison maintenant
Un super fan de Kane même, il l'aime encore plus que Clarke Razz
Merci ! Et oui je connais la maison, vous m'avez tout fait visiter : la chambre, la cuisine... Rolling Eyes
(Regarde cette série. Au début ça semble à une série pour ados, mais en fait c'est assez réaliste en fin de compte. Les derniers éps m'ont déprimée, du coup j'ai augmenté mon nombre d'heures hebdomaires chez le psy Rolling Eyes)

Sinon, j'adore mon rang ! Super idée !

Raven : c'est vrai que je suis un peu moins blonde là pour le coup
On se trouvera bien un lien positif. Y a même moyen qu'il te trouve moins coupable que les autres ! Ou alors il en veut grave à Finn pour un truc et il sera content d'apprendre que tu l'as lâché. #BlameFinn Razz On verra bien, j'ai déjà quelques petites idées Smile (parce qu'évidemment, avec l'origine d'Owan, j'ai pensé à toi)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

INFORMATIONS
En savoir +

MessageSujet: Re: Owan "You can't love someone back to life."   

Revenir en haut Aller en bas
 
Owan "You can't love someone back to life."
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The 100 : New Earth :: 
₪ S.A.S D'ARRIMAGE ₪
 :: 
Présentation & Personnages Vacants
 :: Fiche d'identification :: Fiches Validées :: Les Natifs
-
Sauter vers: